Le prestige de la sainte Ampoule* et la puissance politique des archevêques de Reims aboutirent à partir d'Henri Ier (1027) à fixer définitivement le lieu du sacre à Reims. Tous les rois de France à l'exception de sept d'entre eux, se sont fait sacrer dans la cité rémoise

en attente... , une journée découverte:

Visite guidée de la Cathédrale
Visite guidée de la Basilique Saint-Rémi

Une visite guidée des caves Pommery ou Demoiselle
réaprovisionnement chez un viticulteur si besoin

*La légende de la Sainte Ampoule - A l'image des rois de l'Ancien Testament, le sacre constitue l'alliance conclue entre Dieu et le souverain capétien : en échange de l'onction divine, le roi promet de régner selon la justice, de protéger ses peuples, de soutenir la religion. 

Cette alliance prend corps avec l'apparition au IXe siècle de la légende de la Sainte Ampoule. 

C'est en effet à l'occasion du sacre de Charles le Chauve, à Metz, que l'archevêque de Reims Hincmar, dans sa Vita Remigii, relate le miracle de cette petite fiole apportée à saint Remi par une colombe envoyée par Dieu pour oindre Clovis.

A partir de plusieurs traditions rémoises, Hincmar embellit la découverte, dans la tombe de saint Remi, d'une ampoule d'aromates ayant servi à embaumer le corps du prélat. Authentifiée par le pape Innocent II en 1131 et confiée à la garde de l'abbaye de Saint-Remi jusqu'à la Révolution, la Sainte Ampoule assure ainsi définitivement le privilège de l'Eglise de Reims de sacrer les rois de France.

 

Basilique Saint-Rémi - Cette église contient les reliques de l'évêque saint Remi, qui a baptisé Clovis, roi des Francs, le jour de Noël d'une année comprise entre 496 et 506, peut-être en 499 de l'Incarnation, après la bataille de Tolbiac. L'évêque meurt en 533, à l'âge de 96 ans. Son renom de sainteté et de miracles répétés attirent très vite de nombreux pèlerins.

Remi sera évêque de Reims pendant environ soixante-quatorze ans, consolida l’organisation épiscopale, fonda les évêchés de Thérouanne, de Laon et d’Arras. Il Organisa une assistance aux démunis par des distributions de vivres, vêtements et la création d’un hôpital.
Il meurt le 13 janvier 533, à l’âge de 96 ans selon la tradition. Il fut inhumé, hors des murs de la cité, dans un petit oratoire dédié à Saint Christophe (sensiblement à l’emplacement du tombeau actuel).

Face au domaine Pommery, la villa Demoiselle, laissée à l'abandon et squattée pendant quinze ans, a retrouvé après quatre ans de travaux de restauration sa splendeur d'antan. Ce chef-d'œuvre d'exception de l'Art nouveau, fruit de la collaboration de l'architecte Louis Sorel, de l'ébéniste Tony Selmersheim, d'Émile Gallé et de Louis Majorelle, a bien failli disparaître complètement du paysage rémois. C'était sans compter sur Paul-François Vranken et son épouse Nathalie, qui ont racheté la bâtisse en 2004. Des caves aux toitures, tout a été refait dans les moindres détails. Avec plus de 2 000 m2 sur sept niveaux, les artisans d'art ont effectué un travail de titan pour redonner vie à cette demeure, construite entre 1904 et 1908 et commanditée par le directeur général légataire universel de la maison Pommery, Henry Vasnier.